mercredi, 23 août 2017 16:20

Liban: l’armée progresse contre le groupe EI à la frontière syrienne

Écrit par 

L’armée libanaise progresse rapidement contre le groupe Etat islamique. Depuis le lancement d’une offensive samedi 19 août 2017 à la frontière syrienne, les militaires ont repris la quasi-totalité du territoire aux jihadistes. Le village libanais de Qaa vit sous la menace des terroristes depuis trois ans. A l’été 2016, huit kamikazes s'étaient fait exploser sur la place centrale du village, faisant cinq morts et des dizaines de blessés. Ce mardi 23 août, il règne déjà sur place comme un parfum de victoire.Avec notre envoyé spécial à Qaa, Nicolas FeldmannSur la route principale du village, une foule de 200 personnes ouvre le passage aux véhicules militaires au son de chants à la gloire de l’armée.Norad, qui tient un magasin de vêtements à 15 m de là, a tenu à être présente avec ses deux filles. « Je jette des grains de riz et des fleurs à l’armée parce que je suis heureuse qu’ils soient là pour nous libérer de Daech », confie-t-elle.

Même si « la guerre n’est pas encore finie, continue Norad, maintenant c’est bon, on est sûrs que la bataille est finie, la victoire est à portée de main ».

 

Et d'expliquer : « Daech contrôlait 120 km2 de terrain, il ne leur reste plus que 20 km2 et ils sont encerclés par l’armée. » A présent, elle compte « faire la fête et revenir à la vie qu’on avait avant dans le village ».

A la nuit tombée, la ville retrouve son calme. Une quiétude troublée de temps à autre par les bombardements de l’armée qui résonnent dans les montagnes voisines.

Depuis l’attentat de l’été précédent, Nicolas Matar et ses hommes de la municipalité patrouillent « toute la nuit » à bord de gros pick-up. Il explique qu'ils montent « la garde ».

« S’il y a quelque chose de bizarre, relate-t-il, alors on arrête la personne et on essaie de savoir ce qu’il fait là ». Il ressent « bien sûr » la tension : « La menace est plus forte qu’avant. Il y a plus de peur », dit-il.

Selon un général de l’armée, la reprise totale du territoire libanais devrait être proclamée d’ici la fin de la semaine. Nicolas Matar, lui, va continuer ses patrouilles. Il estime que la sécurité du village ne dépend que de la fin du conflit syrien.

Chronologie et chiffres clés
Lu 165 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.