dimanche, 17 septembre 2017 19:59

A Saint-Martin, la Baie-Orientale se remet difficilement du passage d'Irma

Écrit par 

« Ce n’est pas pour rien qu’on est assurés »

Difficile à présent de s’imaginer l’avant-Irma. Pour rentrer dans l’une des chambres, ce n’est plus sur du sable mais sur des gravats qu’il faut marcher.

« Comme vous pouvez voir sur les murs, on voit tout à fait bien la trace de l’eau ; jusqu’où elle est montée. Donc, ça fait à peu près 1,60 mètre. De la boue partout, des chaises par terre, les matelas qui ont été immergés dans l’eau… »

Anne attend maintenant que les assurances l’aident à reconstruire. « Ce n’est pas pour rien qu’on est assurés, explique-t-elle, donc j’espère qu’on pourra se relever et reprendre une activité. Ce sera peut-être dans neuf mois, un an... »

Certains n'attendront pas l'indemnisation

A quelques mètres sur la plage, qui ressemble actuellement à un champ de bataille, Bruno Lemoine, propriétaire de plusieurs restaurants dévastés, préfère compter sur lui-même. « Je n’attends rien de personne », dit-il.

Et d'ajouter : « Quelque part, moi, je bosse pour rouvrir au plus vite et je n’attends pas de toucher les assurances. Si j’en ai, tant mieux. Si je n’en ai pas, il faudra bien que je commence, donc autant commencer tout de suite. »

Autre inquiétude pour les propriétaires : que l’Etat interdise de reconstruire sur cette zone désormais à risque. Avec Irma, l’espoir de revoir s’animer ce front de mer paradisiaque s’est aussi un peu envolé.

 
 
Lu 78 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.